samedi 10 septembre 2011

[TEST] Shooter ! Avec Mark Wahlberg ? Non, Q-Games !




Après avoir été aux commandes de deux jeux cartouches ("Digidrive" sur GBA et "Starfox Command" sur NDS), le studio Q-Games s'est spécialisé, ou a décidé de tout miser c'est au choix, dans les jeux disponibles uniquement en dématérialisé. Ils ont donc fait des jeux pour le DSiWare de la Nintendo DSi (un remake de "Digidrive", "Reflect Missile", "Star Ship Defender" et "X-Returns") mais ils se sont principalement orientés sur le PSN (c'est un peu un abus de langage de dire PSN d'ailleurs... ces jeux ne sont en effet disponibles que via le Playstation Store, ou en compilation boîte via la compilation des premiers jeux PixelJunk qui s'appelle "PixelJunk 3in1 Pack", et les jeux dits PSN ne sont d'ailleurs pas forcément des jeux "online", mais bon). À noter également que les gars de Q-Games ont également développé le "visualiseur" "Planet Earth" que vous pouvez trouver sur votre PS3 quand vous écoutez des MP3s !

Après un très sympathique jeu de course de petites voitures électriques sur circuit nommé "PixelJunk Racers" (et sa suite "2nd lap"), après un excellent tower-defense du nom de "PixelJunk Monster" (et sa suite "Deluxe"), après le très énigmatique "PixelJunk Eden" (et son DLC "Encore"), ce studio a donc donné naissance à "PixelJunk Shooter" (et sa suite "PixelJunk Shooter 2", déjà disponible). C'est de Shooter que nous allons parler aujourd'hui, une sorte de mixte entre "Roketz", un shmup et "ChopLifter", et rien que là, c'est déjà tout un programme ! (voir les captures desdits jeux en fin de billet)

À bord de votre vaisseau spatial, vous devez vous rendre sur une planète perdue au fond de la galaxie et fraîchement colonisée par l'homme. Mais cette dernière se révèle finalement hostile à l'occupation des homo sapiens sapiens, et c'est peu de le dire. Du coup les ingénieurs sur place se retrouvent coincés dans les entrailles de cette planète, entrailles desquelles vous allez devoir les extirper, à la manière d'un "ChopLifter" donc. Pour cela, votre vaisseau est armé d'un grappin qui vous permet d'attraper les malheureux coincés sur des monticules de terre entourés de lave, de glace ou d'eau (certains sont même carrément sous l'eau). Mais votre vaisseau n'est pas indestructible et n'aime pas la chaleur... ce qui n'est pas simple dans ces cavernes remplies de lave... mais aussi d'eau, eau qui permet fort heureusement de le refroidir afin d'éviter l'explosion, ouf ^.^

La maniabilité ressemble beaucoup, enfin à mon humble avis, à celle d'un "Roketz", sans l'effet de la gravité. Vous dirigez votre vaisseau dans tous les sens avec le stick gauche. À l'inverse d'un "Super Stardust HD", les "tirs" ne sont pas affectés sur le stick droit mais dépendent de l'orientation de votre vaisseau. Si j'ai écrit tirs entre guillemets précédemment, c'est pour une bonne raison... tout simplement parce que ceux-ci ne sont pas forcément des tirs conventionnels et pourront devenir, suivant les niveaux et les énigmes à résoudre, un lance-lave, un grappin pour saisir les blocs de glace ou bien encore un jet d'eau, chacun ayant leur utilité en fonction du niveau. Le lance-lave fait évidemment fondre la glace mais permet également de créer des blocs de roche pour dévier des cours d'eau (ou les boucher), le jet d'eau vous permet de refroidir la lave et de la transformer en roche, le grappin quand à lui permet de saisir des blocs de glace et de se frayer un chemin. Bref, une variété de gameplay au service d'un game design qui met en avant les énigmes bien plus que les ennemis à dégommer, mais ce sont ces "phases" qui me faisaient dire précédemment qu'on pouvait comparer ce jeu à un shmup.

Niveau énigme, vous aurez à faire face aux aléas des matières décrites ci-dessus auxquelles un moteur physique, et de gestion des fluides, très performant est associé rendant le tout bluffant au niveau des mouvements et du "poids" des matières. Outre ces matières, quasiment chaque niveau vous met face à des nouveautés. Cela peut être des nouvelles "matières" comme des fumées qui explosent au contact de la lave ou des nouveaux mécanismes comme des rayons laser qui font fondre la glace ou des "éponges" à prendre avec le grappin et qui absorbent l'eau ou la lave et déversent le tout là où vous les posez, et bien plus encore. Le timing peut aussi avoir une grande importance suivant les niveaux, vous demandant d'effectuer des mouvements précis et rapide afin d'éviter certains pièges/ennemis. Toutes ces nouveautés s'enchaînent sans cesse faisant que chaque scène, chaque niveau, chaque monde (5x5x3 respectivement, soit 75 scènes) est à part et différent des précédents, ce qui permet de renouveler l'expérience à chaque session de jeu (en tout cas pour le premier "run"). Le jeu propose également un mode deux joueurs en "local" que je n'ai pas testé malheureusement... mais cela semble être un bon complément au jeu et surtout une expérience conviviale. Faudra vraiment que j'essaye ! À noter également qu'un mode "vidéo" existe, vous permettant d'enregistrer votre partie (la vidéo est ensuite copiée automatique dans un répertoire du menu vidéo de votre XMB) !

"PixelJunk Shooter", c'est : des petits casse-tête, une jouabilité aux petits oignons, des graphismes simples mais pas simplistes, une ambiance sympathique, un prix réduit (j'ai dû le payer 7,99 EUR) pour une durée de vie de 4 à 5 heures. Un bon jeu à pas cher sur le PSN que vous vous devez de prendre ou d'essayer (il y a une version de démo du 1er et une démo online du 2nd).



De gauche à droite : Roketz, Choplifter et R-Type Delta



--
/me a déjà acheté le second, c'est pour dire comme le premier était bon !

Billet posté le 10 septembre 2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire