samedi 12 mai 2012

[CINÉMA] Le dormeur doit se réveiller !





L'alternance est de mise en cette période électorale plus que chargée. Du coup, je vais m'intéresser à un film qui n'est pas un navet... ouf, ça fait du bien ^^ Je vais donc revenir sur "Inception", le film de Christopher Nolan, réalisé entre deux "Batman". Il a d'ailleurs rempilé avec une partie des acteurs et une majorité de son équipe de "Batman: The Dark Knight", ce qui doit créer une certaine cohésion entre les membres de l'équipe, enfin je suppose et je l'espère pour eux.

Inception est avant tout un scénario bien foutu, à la croisée entre "Matrix" et "eXistenZ". Comme dans ces deux derniers, on se retrouve perdu entre réalité et fiction. Si dans le premier, la fiction est en fait un monde "numérique" dans lequel les gens sont plongés à l'insu de leur plein gré, dans le second c'est un monde virtuel de type jeu vidéo où les personnages vont de leur propre volonté. Ici, des "extracteurs" créent de toute pièce des rêves dans lesquels ils vont plonger leur victime afin d'obtenir des informations (ils "extraient" donc ces informations) que celle-ci n'aurait jamais divulgué ou ne savait même pas être en sa possession. Les extracteurs endorment donc leur cible, la font rêver et s'introduisent dans le rêve eux aussi. Ce qui fait que tout le monde dort mis à part un opérateur qui reste éveillé pour contrôler le tout, au cas où ! Deux avantages à cette technique : les personnages dont on extrait les informations ne le savent pas car elles croient avoir dormi et on ne peut mourir dans ces exfiltrations d'information, puisqu'il s'agit de rêve. Les personnages "mourant" dans les rêves se réveillent... sauf si le sédatif utilisé pour les endormir est trop puissant... dans ce cas là, ils tombent dans les limbes (rêve duquel ils ne sortent pas, et semblent alors plongé dans le coma).

Mais ce business non légal qui permet à l'équipe de Dom Cobb (Leonardo Di Caprio) de bien gagner sa vie en faisant de l'espionnage via les rêves va basculer quand on va lui proposer de procéder à une "inception" dans l'esprit de Robert Fischer Jr (Cillian Murphy, qui jouait également le rôle de l'Épouvantail dans Batman), c'est à dire déposer une idée dans son esprit via ses rêves afin qu'il en fasse sienne. Une mission périlleuse et dangereuse. Il faut utiliser un sédatif très puissant car ils vont devoir créer des rêves "emboîtés" (rêver que l'on rêve quoi). Mais aussi car Dom Cobb arrive à parasiter les rêves créés par les extracteurs avec ses propres projections dont celle de sa femme, Mall Cobb (Marion Cotillard). Durant 140 minutes, Inception pourrait se perdre dans son scénario, d'ailleurs c'est ce qu'il essaye de faire en créant des rêves à l'intérieur des rêves (3 niveaux de rêves emboîtés les uns dans les autres). Mais non, tout se tient. Reste la fin plus ou moins ouverte qui est laissé à l'appréciation du spectateur et qui a apparemment tant fait causer lors de la sortie du film en salle.

Pour ce qui est des acteurs, Nolan ne s'entourant pas de mauvais, on a droit à un jeu d'acteur de haute volée et à un petit panel de stars qu'on a plaisir à retrouver (on pourra citer, en plus de Di Caprio, Murphy et Cottilard, Michael Caine et Tom Berenger). Techniquement, rien à redire là non plus puisqu'on a droit à des effets spéciaux impressionnants, tel le coup du retournement de la rue de Paris transformant un quartier en "cube" (que vous pouvez voir dans la bannière utilisée pour ce billet) !

Encore un bon film à côté duquel j'étais passé... mais contrairement à ce qu'il en a été dit, je ne l'ai pas trouvé exceptionnel. Bon, c'est sûr, bien écrit, c'est certain, mais pas non plus incroyable. Mais il est vrai que cela aurait été dommage de ne pas le voir !

--
/me fait des rêves emboîtés depuis ! ^^

Billet posté le 12 mai 2012

Aucun commentaire:

Publier un commentaire