vendredi 3 février 2012

[LIVRE] MGS, une oeuvre "cute" de Hideo Kojima ?




On continue avec un nouveau billet sur le tout nouveau livre de "Console Syndrome Éditions" et vendu par les "Éditions Pix'n Love" ! À ce rythme là, à la fin du mois, j'aurai fait plus de billets en un mois que durant toute la vie de ce blog... ! Pari tenu ! Ou pas... ^.^

Pix'n Love, après avoir fait un teasing savamment distillé via Twitter, Facebook et son blog, a enfin dévoilé l'existence du livre "Metal Gear Solid, une oeuvre culte de Hideo Kojima" la semaine dernière. Étant un fan inconditionnel de la série depuis le premier épisode "Solid" sorti sur PS1, j'ai commandé mon ouvrage le jour même ! Écrit par Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri pour Console Syndrome Éditions (à qui l'on doit des ouvrages sur la saga "Assassin's Creed" et "Zelda"), ce livre a la particularité, comme le livre sur Zelda d'ailleurs, de n'avoir AUCUNE image et ou dessin. Il va donc falloir lire... et 200 pages en plus ! Heureusement, dès que l'on est plongé dans le livre, on a du mal d'en ressortir, preuve s'il en est qu'il est intéressant. Et si vous n'êtes pas convaincu, sachez que j'ai engouffré près de la moitié du livre en une soirée et que je l'ai terminé en trois soirées.

Passons maintenant au livre en lui-même. L'ouvrage est beau, avec une couverture cartonnée et vernis sur laquelle apparaissent les noms des personnages des jeux (cela se voit peu sur les photos qui émaillent ce billet, car noir mat sur noir brillant, ça ne passe pas bien au flash ^.^). Le papier est lui aussi d'un bon grammage et la police de caractère utilisée est d'une taille raisonnable pour une lecture sereine. Bref, un beau livre qu'on n'a pas honte de mettre dans sa bibliothèque. Seul petit bémol, il manque le petit fil qui sert de marque-page, très pratique et courant dans les livres ayant cette qualité visuelle extérieure, et puis c'est fort pratique quand même ^.^

Le contenant étant plus que satisfaisant, qu'en est-il du contenu ? Afin d'éviter le sempiternel livre chronologique, les auteurs ont opté pour des thèmes qui sont eux-mêmes ensuite traités de manière chronologique, en se basant soit sur les dates de sortie des jeux soit sur les dates des faits décrits dans les jeux. On commence donc par des présentations de Konami puis de Kojima (dans laquelle j'ai appris qu'il avait travaillé sur des jeux de drague !), concises mais suffisamment détaillées. Ensuite, une vingtaine de pages sont dédiées à la genèse des jeux principaux de la série (exit donc "Metal Gear Acid" ou "Arcade" ou "Digital Graphic Novel" que l'on retrouvera plus tard). Ainsi, on apprend que Kojima a bien essayé de passer la main à maintes reprises mais qu'il est toujours revenu à la direction des divers MGS par amour pour sa franchise, mais aussi parce qu'aucune personne chez Konami, puis chez Kojima Productions, n'a eu le courage de prendre la place du maître. On y apprend aussi des petites pépites, comme le pourquoi du comment Kojima s'est lancé dans une suite à "Metal Gear" alors qu'il n'était pas particulièrement intéressé au départ. Agrémenté de notes, ces vingt pages sont intéressantes pour comprendre ce qui a poussé Kojima et ses équipes à faire toutes ces suites !

Puis vient la partie qui m'intéressait le plus, celle sur l'histoire racontée dans les jeux. Cette rétrospective tient sur près d'une centaine de pages et retrace l'histoire des Philosophes et des Patriotes, de la Mission Vertueuse et de la mission Snake Eater, des Militaires Sans Frontières, de Outer Heaven, de Zanzibarland, de Shadow Moses, du tanker et du Big Shell, et explique les événements Sons of the Patriots (qui devient Guns of the Patriots et toute l'épopée de Old Snake). Bref, un beau panorama de toute l'histoire des jeux, avec une fois encore des notes et détails supplémentaires qui sont toutefois ici moins croustillants et plus connus, en tout cas de moi ^.^. Relire tout l'historique des Metal Gear et Metal Gear Solid est un vrai plaisir qui remet en perspective des événements par rapport à d'autres qu'on avait forcément oublié entre deux parties et deux jeux différents. Bien évidemment, il faut ici relater les différents combats qui se déroulent tout au long de la saga, ce qui n'est pas chose évidente à l'écrit. Les auteurs s'en sortent plutôt bien même si cela reste quelque fois un peu "lourd" à lire (Big boss terrasse X, Big boss découpe le Metal Gear truc, Snake annihile Y, etc.). Cette partie est également celle qui a le plus de soucis "technique" puisqu'elle n'est pas exempte d'oubli de mots, de fautes de grammaire et de tournures malencontreuses et répétées. Cependant le plus important est ici bien retranscrit, à savoir le fil conducteur de toute l'histoire qui permet enfin d'avoir une vision d'ensemble sur près d'une dizaine de jeux, tous inter-dépendants les uns des autres.

Le chapitre V est dédié aux mécaniques de jeu et aux différents systèmes mis en place au cours des vingt-cinq années écoulées entre la première et la dernière mouture du jeu de Kojima. Courant sur une petite trentaine de pages, ce retour sur les jeux en eux-mêmes est une fois encore intéressant à lire même s'il reprend une partie des choses déjà lues dans les précédents chapitres. Il permet toutefois de voir l'évolution dans la saga. Le chapitre VI revient très brièvement, pour ne pas dire en coup de vent, sur les épisodes "parallèles" de la série... Dommage, j'aurais aimé un petit point sur le scénario de ceux-ci, même s'ils ne font pas partis de l'histoire canonique. Enfin un peu moins factuel, le chapitre VII s'intéresse au décryptage des jeux en abordant divers thèmes plus intéressants les uns que les autres. Mon attention se sera particulièrement porté sur les parties intitulées "Briser le quatrième mur" et "Immersion contre crédibilité", ainsi que celles dédiées aux "Thématiques développées par chaque opus". Même si encore une fois les idées qui y sont traitées ne sont pas toutes nouvelles, elles sont toutes intéressantes à lire. Le tout dernier chapitre est quant à lui consacré à la musique dans MGS, à son évolution en terme de compositeur, mais aussi en terme de musicalité. Je suis de l'avis des auteurs concernant les bandes originales dont la meilleure pour moi reste, et de loin, celle de MGS3 avec quand même un gros coup de coeur pour l'opening theme de MGS2 ! Ah, Harry Gregson-Williams et ce trailer de malade de l'E3 2000 ! ^.^



Ma première impression était très bonne et elle s'est confortée au fil des pages lues. Je dois avouer que j'ai été un petit peu déçu par le côté rédactionnel au sens premier du terme : le style, la qualité d'écriture et le manque plus ou moins flagrant de relecture/correction (principalement pour le chapitre IV dédié à l'histoire contée dans les jeux). Malgré cela le contenu est intéressant, fouillé et la partie réflexion est bien déroulée, même si elle n'est pas très innovante. Si vous êtes fan du serpent et de l'oeuvre qui lui est dédié, alors ce livre est fait pour vous à moins que vous ne connaissiez la saga sur le bout des doigts. Car même si le contenu est riche, il est loin d'être exclusif et méconnu mais il s'agit d'une bonne compilation à la parure classieuse. Si vous souhaitez découvrir la saga, ce livre est aussi fait pour vous, même si je conseillerais peut-être d'attendre une hypothétique deuxième édition revue et corrigée (au moins pour la partie "histoire").


Site internet : http://www.consolesyndrome.com

Pour passer commande : Le livre chez Pix'n Love Éditions


--
/me a trouvé ce livre très bon... mais ouille le chapitre IV...



Billet posté le 3 février 2012

Aucun commentaire:

Publier un commentaire