mardi 31 mars 2009

[SONY] Que permet le hack PSP ?



La PSP est une petite bombe en puissance, mais malheureusement Sony l'a bridée dans le but de limiter le piratage. Ce qui est une bonne chose en soit mais qui empêche les utilisateurs d'utiliser la console à son maximum. Mais une faille est passée par là. Au commencement de la PSP, le Saint-Graal s'appelait "firmware 1.5" et il permettait de lancer à peu près tout et n'importe quoi sans avoir à trop bidouiller. La boîte de Pandore étant ouverte, les hackers s'en sont alors donnés à coeur joie. Mais Sony ne voulait pas se laisser faire et à combler une à une les failles qui traînaient, obligeant les hackers à faire des recherches de failles non plus dans le firmware de la machine (logiciel lancé au démarrage de la console et qui permet de gérer celle-ci) mais directement dans certains jeux ! Mais ces failles se sont trouvées elles aussi bloquées avec les mises à jour successives du firmware jusqu'à un point de non-retour. En effet, il semblait alors impossible de pouvoir contourner les sécurités mises en place mais, il y a souvent un mais, la chance sourit des fois aux audacieux et une console revenant du SAV a apporté la solution miracle et surtout inespérée : la batterie Pandora.

La batterie Pandora est en fait une batterie dont la caractéristique principale est de pouvoir dépanner les PSP qui n'ont plus de firmware installée dans la console ou si ce dernier a été abîmé et ne permet plus de démarrer la console. La Pandora envoie alors un signal à la PSP qui sait alors qu'elle ne doit plus essayer de démarrer sur le firmware intégré dans la console mais sur la memory stick (qui doit contenir un firmware, évidemment). D'une simplicité déconcertante, puisqu'il suffisait alors de mettre cette batterie Pandora (qui n'est en fait qu'une batterie de PSP dont on modifie l'entête hexadécimale) dans une PSP possédant une carte memory stick reformatée pour l'occasion, le hack s'est rapidement propagé à de nombreuses consoles. Mais Sony, voyant qu'il ne pouvait plus lutter du côté logiciel a décidé de lancer la PSP-3000 (basée sur les modifications faites sur les derniers modèles de PSP-2000), console qui reste à l'heure actuelle (comme les dernières PSP-2000) verrouillée et incraquable, pour le plus grand bonheur des éditeurs.

Pourquoi les éditeurs sont contents ? Parce que Dark-Alex, le grand manitou des customs firmwares (firmwares non officiels qui déverrouillent complètement la PSP tout en conservant les bénéfices des firmwares officiels comme le navigateur internet, l'accès au PSN, etc.), a trouvé judicieux de permettre le lancement des images ISO des jeux PSP... Et il est tellement simple de lancer des jeux piratés de cette manière que du coup de nombreux possesseurs de PSP ont franchi le cap et téléchargent illégalement les jeux. Il aurait été bénéfique, pour le bien de la PSP et de l'avenir commercial de ses jeux surtout, de seulement débloquer la PSP pour qu'elle puisse ne lancer que des homebrews (logiciel ou jeu fait maison, à l'inverse des jeux commerciaux) sans pour autant autoriser aussi facilement le lancement d'ISO... Il n'en a pas été ainsi et on voit le résultat aujourd'hui. Heureusement que la sortie de la PSP-3000 a rassuré les développeurs puisqu'il semble que l'année 2009 sera une année chargée pour la PSP et ça pour notre plus grand plaisir.

Passons maintenant du côté utilisateur et voyons ce qu'on peut retirer d'une PSP que l'on aurait passé en CF. L'émulation est évidemment l'un des attraits principaux du hack de la PSP puisque cela vous permet de jouer à la GameBoy, GameBoy Advance, Super Nintendo, NeoGeo, MegaDrive, Amiga et à différents vieux ordis, elle émule aussi la TI-92 ou TI-99 mais aussi et surtout la PS1 (sans être limité aux seuls jeux disponibles sur le PSN, ce qui m'a permis de rejouer à Parasite Eve 1 et à Resident Evil premier du nom notamment et ce qui m'a fait acheté une PSP). En plus de ça, de nombreux logiciels ont été portés sur PSP dont le célèbre ScummVM qui permet de jouer à nos bons vieux jeux d'aventure LucasArts. On a également des utilitaires pour faire du MSN, de l'IRC, du traitement de texte, un client SSH, un client/serveur FTP ou encore un client email (compatibles avec certains claviers infra-rouge de PDA quand on possède une PSP 1000, seul PSP à avoir un capteur infra-rouge). Vous trouverez une bonne partie de ces utilitaires sur le site de ZX-81. Mais vous trouverez aussi de quoi modifier le XMB de la PSP afin de la rendre totalement différente (comme CXMB à droite) sans oublier les différents plugins que l'on rajoute dans la console et qui modifie son utilisation (comme la possibilité de faire des captures d'écran, d'écouter ses propres musiques pendant que l'on joue, de tricher dans les jeux, de transformer sa PSP en réveil matin, etc.). Des hacks matériels ont même fait leur apparition et il est ainsi possible d'installer un clavier infra-rouge (comme dit plus haut) mais aussi un capteur de mouvement (voir la photo à gauche) pour jouer à LocoRoco notamment en bougeant juste la console. Des écrans tactiles étaient même à l'étude chez certains bidouilleurs de talent.

Bref, Sony aurait sans doute du laisser la porte ouverte au développement amateur (un peu comme le fait Apple avec l'iPhone et l'AppStore) tout en bloquant la possibilité de lancer des ISOs. Malheureusement, ce n'est pas le cas même si la scène homebrew est vraiment vivace grâce à Dark-Alex. Il ne reste plus qu'à espérer que cette année soit vraiment bonne pour la PSP et que Sony corrigera ses erreurs pour la PSP 2 ! ^.^

--
/me a une PSP hackée mais il a quand même acheté ses jeux !



Billet posté le 31 Mars 2009

Aucun commentaire:

Publier un commentaire