lundi 26 octobre 2015

[AMIGA] Montage de ma petite config' A1200... il y a dix ans !


J'ai retrouvé, dans les méandres de mon disque dur, un article que j'avais écrit pour le fanzine Amiga=Power en 2004 ! Eh oui, il reste des jolies choses sur mes disques durs, quand je ne les efface pas en croyant qu'une sauvegarde traîne ailleurs (alors qu'il n'y a pas de sauvegarde...).

Bref, voici un petit moment nostalgie qui montre que les choses ont un peu évolué en dix ans et les moyens de ressusciter un Amiga 1200 ne manquent plus désormais. Petit coup d'oeil dans le rétro !




Je vais vous conter une histoire qui doit être assez courante, mais que peu de personnes racontent cependant.ce que je vais essayer de faire, histoire de rappeler les quelques petits soucis auxquels j'ai eu à faire face, et comment je les ai surmontés. Et je vais accompagner tout cela d'un soupçon de photos et le tour sera joué. Allons donc marcher dans les pas des anciens Amigaïstes des années 1990, redécouvrons l'Amiga, le seul et l'unique, celui de Commodore !



Le commencement :

Il faut un point de départ à toute histoire, et le mien a été de retrouver ma carte accélératrice Mtec 1230/42 RTC. Je me suis dit que j'étais bête de laisser traîner tout mon matos inutile chez moi alors que j'avais de quoi remonter une config' A1200 complètement. En effet, il ne me manquait qu'une carte-mère.

L'affaire était donc lancée et n'allait plus s'arrêter, l'objectif étant de me remonter un 1200 à l'identique de celui que j'avais début 1997, c'est à dire un A1200 avec carte accélératrice 030, 8 Mo
de Ram et un petit disque dur. Le but, après réflexion de ma part, était d'en faire une machine WHDLoad, petit logiciel auquel je suis enregistré depuis 3 ans maintenant et que je conseille à tout le monde. WHDLoad, c'est le petit soft des Amiga costauds :-)

Pour continuer mon aventure, il me fallait par conséquent une carte-mère d'A1200 et, si possible, sans rien d'autre car à quoi cela m'aurait servi... C'est là que les choses se compliquent de manière assez dramatique car plus aucun revendeur ne vend d'Amiga 1200 tout seul (il paraît que Vesalia a des stocks de 1200 américains, mais je n'en sais pas plus). En fin de compte, je suis passé par eBay et j'ai acheté un 1200 Grand-Breton avec HD, deux souris et deux pads ainsi que quelques jeux originaux pour pas cher. D'ailleurs, je conseille à ceux qui veulent acheter du matos Amiga sur eBay d'aller sur eBay.de ou eBay.co.uk, ce sont de véritables cavernes d'Ami Gaga là-bas. Bref, j'avais enfin de quoi commencer à remonter cet ordinateur qui me permettrait enfin de rejouer à mes vieux jeux sans jouer au grille-pain et sans problème de compatibilité grâce à WHDLoad.


Début des hostilités :

À la réception de la bête, j'ai déjà été embêté... En effet, venant d'Angleterre, l'alimentation n'était pas aux normes françaises et je ne pouvais du coup pas la brancher. Je suis donc aller faire le tour de ma ville à la recherche d'une prise à monter. Finalement, j'ai trouvé mieux que ça, un adaptateur prise GB
-> prise FR au "Monoprix", comme quoi. Je pouvais alors enfin installer mon système et booter sur le HD. C'est là que je vis à quel point j'allais galérer avec ce 1200... En effet, la machine ne démarrait pas du premier coup et j'avais droit à un bel écran jaune en lieu et place de l'early startup-sequence. Pas de panique chez l'Amigaïste de base qui connaît le coup du fil rouge de la nappe (on le coupe pour les HDs qui s'initialisent trop vite et qui ne sont ainsi pas reconnu par le système). J'ouvre alors la bête pour apercevoir un blindage rouillé et un HD fixé au scotch, plutôt "pas glop" comme méthode. Et là, c'est la stupéfaction quand j'aperçois que le fil rouge est déjà sectionné... Le soucis ne vient donc pas de là. Comme dirait Mulder : La vérité est ailleurs. Restant perplexe face à ce souci, je décide de relancer la bête et de lui faire ensuite un reboot à chaud au moment de l'écran jaune, et ça fonctionne. Voici donc un problème à moitié résolu.

Maintenant, je peux envisager de passer au WB 3.9 BB2 dès que j'aurais reçu mes roms 3.1 commandés chez APS avec un petit HD 2"1/2 de 20 Go pour installer tout ça, sans oublier une petite carte ethernet PCMCIA pour utiliser ma connexion internet haut-débit via le routeur. Le passage aux roms 3.1 a résolu le problème du boot et de l'écran jaune, et je ne sais pas pourquoi. Ensuite, j'ai installé un WB 3.1 depuis le lecteur de disquette, à l'ancienne quoi. Pour le HD, j'ai été obligé de me contenter de 20 Mo au départ (je n'avais pas envie de trifouiller les paramètres HD), mais tout est rentré dans l'ordre quand j'ai utilisé le HDToolBox de l'OS3.9.


Nettoyage de printemps :

Avant de l'emmener faire sa première sortie, je me suis dit qu'il fallait que je le chouchoute un peu et que je le fasse un peu reluire. Pour cela, je devais déjà changer le clavier anglais et voir ce qu'il me
restait de mes coques d'A1200 (sachant que j'avais eu deux Amiga desktop que j'avais passé en tour, il devait me rester de la pièce détachée). Et en fouillant chez moi, j'ai retrouvé la coque de mon 1200 Escom quasi neuve, avec la nappe pour le HD et le blindage tout joli lui aussi. J'ai donc procédé à une greffe qui a parfaitement prise, et j'en ai profité aussi pour nettoyer le tout. Voici ma technique personnel pour que les plastiques reviennent à neuves : j'ai tout nettoyé à l'alcool à 70° avec de la ouate et des coton-tiges. Ces derniers permettent d'aller dans les coin et recoin, et permettent aussi de nettoyer le clavier, qui en avait bien besoin. Pour nettoyer la CM, rien de mieux qu'une bombe d'air sec. Temps de l'opération : deux heures.

Maintenant que j'ai un joli 1200, je peux le sortir et l'emmener chez des amis afin d'y installer le 3.9. Et le passage délicat, quand on a un 1200 Oldschool, c'est bien d'installer le 3.9 qui est sur CD or les Amiga Oldschool n'ont pas de lecteur CD... ce qui est un peu problématique. Et comme je voulais faire ça uniquement avec les moyens du bord, je suis allé voir des amis qui ont eux aussi un 1200 avec carte réseau. Et c'est là que j'ai découvert les charmes de Envoy et sa simplicité. Grâce à lui, j'ai monté les partitions de mes amis sur mon petit WB 3.1 en deux clics et j'ai fait un bête copy via le
shell. Mais c'est là qu'un autre souci est apparu. Envoy ne copiait pas tout. Alors, on a essayé de copier de leur machine sur la mienne, et là tout à rulez ! Donc, Envoy envoie mieux qu'il ne reçoit ;-)

J'ai par conséquent fait une copie de leur système sur mon HD, simple mais efficace. Toutefois, si vous désirez partir de quelque chose de neuf, vous pouvez également monter le lecteur CD d'un ordinateur grâce à Envoy et ensuite faire l'installation sur votre Amiga Oldschool ! À noter qu'Envoy fonctionne désormais sur Pegasos/MorphOS avec la dernière mise à jour qui est disponible sur Aminet.


Dernier round :

Me voilà donc avec un 1230 Desktop tournant sous AmigaOS 3.9 Boing Bag 2 (Boing Bag étant le nom donné aux mises à jour du système, en référence à la célèbre démo) avec 4Mo de ram (afin que la carte PCMCIA soit reconnu, il ne faut pas plus de 4Mo sur la carte accélératrice... un problème connu des Mtec). Je commence alors à essayer de lancer différents jeux grâce à WHDLoad et je me rend compte que ma faible mémoire est un handicap plus que majeur car quasiment aucun jeu ne se lance... La galère continue donc... Deux options s'offre alors à moi, utiliser 8 Mo et ne pas avoir de carte PCMCIA, ou bien récupérer une carte 68030 Blizzard de chez Phase 5. À force de fouiner sur le net, j'ai trouvé une Blizzard à pas chère avec ses 32 Mo de mémoire. À la réception du colis, je remonte tout cela dans mon desktop, et là, je vais enfin pouvoir utiliser Blizkick, remapper la rom en RAM (ce qui consiste à copier le "bios" de l'Amiga et une partie du système qui se trouve sur des
puces directement dans la mémoire de l'Amiga, ce qui permet un gain de vitesse non négligeable) et tout le tuttim. Mais non, je ne peux pas. En effet, Blizkick refuse de se lancer, car la carte n'est pas bien configurée, pourtant, j'ai bien ôté tous les jumpers de cette @#?!#@ de carte. En regardant celle-ci de plus près, je vois que l'ancien propriétaire ne devait pas avoir de jumper... il a plié les pattes afin quelles fassent contact !! Je passe donc un petit coup de tournevis magique [attention moment érotique en approche], afin d'écarter ses pattes, [/fin du moment érotique ^^]. Tout est alors rentré dans l'ordre et mon 1200 tourne du feu de Dieu désormais. Un vrai Amiga OldSchool, spécial WHDLoad et vieilles démos.

Depuis, je lui ai récupéré un moniteur 1930 multi-sync, et j'ai désormais de la place sur mon WB. Par contre, j'ai aussi récupéré un scandoubleur Micronik (qui permet de doubler la fréquence vidéo de sortie de l'Amiga pour pouvoir le brancher sur des écrans autres que des vieilles TV et autres écrans à 15 KHz, ce qui permet d'afficher son système et ses jeux sur un écran VGA voir un écran plat qui accepte du 30 KHz en entrée) , mais celui-ci ne se monte pas sur ma CM, la faute à un des composants qui coince sur la prise clavier du migouze. Bref, je n'ai peut-être pas eu de chance, mais la route est longue quand on veut remettre les mains dans le cambouis du début des années 90, mais quel plaisir quand on a fini. D'ailleurs, la tendance semble assez forte, puisque de nombreuses personnes qui sont passées sur les machines de nouvelle génération (AmigaOne et Pegasos) se remontent des Amiga de base AGA. Nostalgie, quand tu nous tiens.


Cet article a plus de 10 ans et on se rend compte que j'en avais quand même pas mal bavé à l'époque pour me remonter cette petite configuration, que j'ai toujours d'ailleurs. Je lui ai depuis ajouté quelques bonus comme une carte USB Subway (qui ajoute deux ports USB 1, bien pratique pour tout ce qui est transfert de données via une simple clef USB formatée en FAT32, format lisible partout que ce soit sur un PC sous Windows ou Linux, un Mac et bien évidemment un Amiga ou tout autre dérivé, je pense notamment à MorphOS et AROS), une carte PCMCIA en Wifi a pris la place de la carte ethernet et un scandoubleur/flickerfixer Indivision MK2 est venu se loger dans le 1200. Ce dernier m'apporte à la fois une sortie DVI et une compatibilité avec les écrans plats ! Bref, du bonheur.  

Par contre, si une telle aventure devait se reproduire en 2015, les choses seraient forcément différentes et surtout beaucoup plus faciles même si cela peut paraître étonnant. Toutefois le développement matériel a été assez prolifique ces dernières années et des solutions logiciels et système assez complètes ont aussi été développées. Mais ceci fera sans doute l'objet d'un prochain billet sur ce blog.

--
/me utilise toujours cette petite config' mais va voir pour remplacer le 030 par un 060 ! Youhou !

Billet posté le 26 octobre 2015
(paru initialement dans le n°28 d'Amiga=Power (mi-2004)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire